Axe France – Allemagne : le futur européen du numérique ?

By - 26 May 2017

Dans un contexte économique complexe où les marges de manœuvre sont étroites, il y a un axe sur lequel les 2 pays souhaitent mettre en œuvre une stratégie commune : le numérique. Ces avancées politiques reposent sur des propositions émises récemment par des experts français et allemands mettant en avant l’importance pour ces pays de s’impliquer dans la transformation numérique.

Vers la transformation numérique de l’Europe

Lors du dernier sommet franco-allemand, un rapport dressé par le BJDW et le CNNum contenant 15 propositions 100 % « numériques » a été remis aux gouvernements respectifs. Sous le titre « Agir pour l’innovation », ce rapport présente les propositions clés que vont devoir s’approprier les gouvernements Français et Allemand. Parmi les sujets prioritaires, nous retrouvons l’éducation, la formation, le financement de cette transformation digitale ainsi que le rôle clé des startups.

L’éducation comme fer de lance de cette transformation numérique

Avec une ambition à la fois économique, sociale et politique il apparait clé qu’une partie des investissements touchent à l’éducation en vu de limiter la fracture sociale, et, de permettre à la jeune génération de maitriser le sujet. Les experts mettent notamment en exergue dans ce rapport plusieurs thématiques sur lesquelles des efforts sont à réaliser pour permettre l’accès aux métiers de demain tels que la programmation, les techniques algorithmiques et l’impression 3D.

Bien que l’évolution des matières enseignées semble importante il apparait surtout comme clé qu’une réflexion ait lieu sur les nouvelles manières d’enseigner et redéfinir le cadre de l’éducation de demain.

Vers une union des startups européennes ?

Parmi les recommandations, ce rapport indique que la startup sera la clé d’une transformation numérique réussie. A ce titre, plusieurs dispositifs permettant à ces jeunes pousses de se développer sur le territoire Européen ont été évoqués comme notamment des programmes « Erasmus des Entrepreneurs », des bourses, la mise en place d’un régime fiscal et social commun ainsi que le VISA startup.

Mais les startups ne sont pas les seules à avoir un rôle dans cette transformation digitale car selon ledit rapport, la « coordination transfrontalière » devra permettre d’intégrer les grands grands groupes comme les ETI pour qu’une coordination transfrontalière fonctionne.

Quid du financement de ce futur numérique ?

Lors de ces échanges politiques, l’aspect financier a bien entendu été évoqué. En effet, sans un environnement fiscal favorable, les investisseurs privés et institutionnels ne seront pas partants. A ce titre, les experts mettent en évidence qu’un cadre économique harmonisé devra être mis en place afin de faciliter les investissements au sein des entreprises innovantes. Cela pourra s’accompagner également de la création de fonds spécifiques du type « fonds transfrontaliers » financés par des acteurs publics-privés,

En somme, une prise de conscience concrète semble se dérouler, mais les actes devront remplacer les bons sentiments afin que les investisseurs puissent disposer d’un cadre favorable et voir émerger une nouvelle économie pleine d’opportunités.

Press coverage

© 2019
Early Metrics - All rights reserved