Coup de projecteur sur les Fintech françaises

By - 26 May 2017

Difficile de parler de l’écosystème tech français sans aborder le sujet des Fintech, en plein éclosion aujourd’hui après une phase d’initiatives timides et peu visibles il y a encore quelques années. Désormais portée par un élan médiatique, politique mais surtout économique, la Fintech semble s’imposer comme l’un des secteurs qui continueront à positionner la France sur la scène entrepreneuriale mondiale.

Un environnement propice au développement des Fintech

Le terme « Fintech » n’est ni plus ni moins que l’abréviation de Finance & Technologie. Ces deux expertises étant très bien maîtrisées en France, les entreprises fintech s’y trouvent structurellement dans un environnement plutôt favorable.

Bien que n’étant pas toujours en phase avec les modèles anglo-saxons, les institutions financières françaises font en effet bel et bien partie des banques les plus solides au monde : BNP, Société Générale, CM-CIC, BPCE…

Quant au chapitre technologie, la France s’enorgueillit de ses nombreuses écoles d’ingénieurs permettant de développer des talents et d’introduire sur le marché de l’emploi une main d’oeuvre qualifiée pour relever divers défis techniques et en particulier le monde du logiciel appliqué à la finance.

Un secteur en ouverture

Bien que toujours en prise à des contraintes réglementaires réelles, le secteur de la finance subit aujourd’hui des bouleversements profonds de son paysage macro-économique. Outre des évolutions réglementaires qui semblent laisser plus de place aux Fintech, les grandes institutions bancaires continuent à rencontrer des difficultés, notamment d’image auprès du grand public. L’inertie inhérente à leur taille freine également l’innovation et limite l’agilité de ces acteurs. En parallèle se poursuit une évolution des mentalités des consommateurs, avec une tendance grandissante à la confiance envers de nouveaux entrants pour la gestion de flux financiers quotidien et même plus récemment sur des sujets d’épargne.

Des fleurons français prêts à en découdre

Les Fintech tricolores peuvent également compter sur le support médiatique de plusieurs startups françaises déjà bien avancées et en phase de devenir des leaders européens, quelques exemples:

  • Leetchi : édite le site internet de cagnotte en ligne Leetchi.com, l’outil de transfert d’argent par email Leetchi-Cash, et Mangopay, une solution de paiement sur Internet pour les acteurs de l’économie collaborative. Créée en 2009, la startup compte déjà plus de 30 collaborateurs et revendique 1,5 millions d’utilisateurs dans le monde.
  • Lendix : permet aux PME françaises d’emprunter directement auprès de prêteurs particuliers et institutionnels via une plateforme de prêts. Lendix vient d’annoncer fin avril une levée de 13,5M€ afin de devenir le leader européen du secteur.
  • Finexkap : permet aux PME de palier au problème des délais de paiement via une solution d’affacturage digitalisée. La société a financé plus de 17 millions de factures en 2015. 
  • Compte Nickel : propose un service de compte bancaire alternatif et de moyen de paiement. Créée en 2014, la startup compte déjà plus de 200 000 clients en France et vise l’ouverture de 500 000 comptes en 2016.
  • Kantox : est une société pionnière dans l’échange de devises. Créée en 2011, près de 3 milliards d’euros ont déjà été échangés sur la plateforme.

Une économie sous le feu des projecteurs

L’industrie des Fintech a vu également plusieurs acteurs se positionner afin d’apporter à l’écosystème des outils et des moyens de développement et faire parler d’eux après du grand public mais également auprès des politiques en vue d’initier des actions de lobbying.

L’association France Fintech, présidée par Alain Clot (ancien Directeur de la Stratégie de la Société Générale) fédère déjà plus de 50 startups (dont Early Metrics bien sûr). La mission est claire : promouvoir et représenter la fintech française en France et à l’étranger et parler pour le secteur auprès des pouvoirs publics, des médias, des investisseurs, des acteurs historiques du secteur financier et des centres de recherche.

Pôle Finance Innovation est un pôle de compétitivité français orienté sur les sujets de la finance et a déjà accompagné plus de 100 startups dans le domaine

Soutenue par une culture financière forte, des activités historiques ayant un besoin d’innovation, des fleurons français en phase de devenir des leaders et une volonté fédératrice d’acteurs influents, la fintech française n’a probablement pas fini de faire parler d’elle dans les années à venir ! Et pourquoi pas se positionner comme alternative crédible à la City londonienne, notamment dans un contexte de questionnement autour d’une sortie du Royaume Unie de l’union européenne…

Press coverage

© 2019
Early Metrics - All rights reserved