Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

5 raisons pour les équipes d’open innovation d’utiliser la notation de startups

By Anais Masetti - 10 février 2021

Le recours à la notation de startups n’est pas encore monnaie courante dans le monde de l’innovation. Dans les faits, jusqu’à récemment, les seules agences de notation sur le marché étaient celles qui se concentraient sur l’évaluation du risque de faillite des sociétés cotées. Standard & Poor’s et Fitch font office de références dans le domaine de la notation financière traditionnelle. Mais aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises se tournent vers la notation des startups pour soutenir leurs initiatives d’open innovation (autrement appelée innovation ouverte ou innovation distribuée).

La plupart des grandes entreprises reconnaissent l’intérêt de collaborer avec des startups innovantes et recherchent activement des acteurs émergents à fort potentiel de croissance. En 2014 déjà, des recherches menées par Brunswicker et Chesbrough ont montré que 78 % des entreprises du monde pratiquaient l’open innovation d’une façon ou d’une autre. Que ce soit pour apporter des solutions de pointe à l’utilisateur final ou pour optimiser ses capacités internes, le fait d’unir ses forces à celles d’acteurs externes peut renforcer la capacité d’une entreprise à rester à la pointe du progrès.

Néanmoins, collaborer avec des partenaires extérieurs, qui plus est avec de jeunes entreprise, comporte toujours des risques. Dans ce contexte, comment la notation de startups peut-elle venir en soutien des équipes d’open innovation ? Voici quelques-unes des façons dont elles bénéficient de ce type d’outil décisionnel.

1. Compléter les procédures traditionnelles de due diligence 

L’une des principales responsabilités d’une équipe d’open innovation est de sélectionner les meilleures sociétés avec lesquelles s’associer. En ce qui concerne les startups, l’équipe d’open innovation doit non seulement vérifier l’adéquation avec les besoins de son groupe, mais aussi s’assurer que la startup a le potentiel pour se développer à court terme. Le taux de faillite est naturellement élevé chez les jeunes entreprises, c’est pourquoi la due diligence est une étape cruciale. Or, le processus classique de due diligence, conçu pour des partenaires ou des fournisseurs traditionnels, est généralement mal adapté aux entreprises innovantes.

Souvent, les startups ne disposent pas de l’historique et des documents financiers nécessaires pour démontrer leur stabilité. Il est donc important de prendre en compte des facteurs à la fois qualitatifs et quantitatifs. Parmi ces critères pertinents, Early Metrics compte : 

  • La complémentarité et l’expérience des fondateurs
  • Les barrières juridiques sur le marché 
  • La rapidité d’exécution et la roadmap technique et commerciale du projet
  • Le niveau d’innovation du produit…

Les leaders de l’open innovation sont généralement conscients de ces aspects qualitatifs, mais il se peut qu’ils n’aient pas une approche standardisée pour les évaluer. La notation de startup devient donc un outil capable de compléter le processus de due diligence. En évaluant les facteurs de croissance extra-financiers d’une manière statistiquement prouvée, les décideurs des grands groupes auront une vision plus complète du profil de risque de la startup.

2. Benchmarker les partenaires innovants

Certains segments de l’innovation sont plus denses et plus matures que d’autres. Par conséquent, les équipes d’open innovation peuvent avoir du mal à comparer et à choisir le bon partenaire startup pour un cas d’usage spécifique. Sur les marchés plus matures, tels que la fintech ou l’adtech, elles sont submergées d’options tandis que pour les marchés très récents, le manque d’offre et de données constitue parfois un obstacle important au processus de benchmark.

Grâce à la notation des startups candidates au partenariat, les leaders de l’open innovation peuvent disposer d’une base de données comparative objective et standardisée. Le score global du potentiel de croissance attribué par Early Metrics peut aider à éliminer les startups les plus risquées (avec un score inférieur à 68/100). Ensuite, la note par pilier et les critères d’évaluation aideront à affiner la sélection.

La méthodologie d’Early Metrics examine une trentaine de critères relatifs à l’équipe dirigeante, au projet et au marché. Les algorithmes et les méthodes de notation utilisés sont soutenus par des recherches universitaires et des analyses de données sur plus de 3 000 startups, issues d’une variété de marchés innovants. Ainsi, grâce à la notation, les équipes d’open innovation obtiennent une vision pertinente du potentiel de croissance d’une startup par rapport aux entreprises de même maturité et sur le même marché, présentes dans la base de données d’Early Metrics.

3. Identifier les faiblesses d’une startup pour les améliorer

Certains projets d’open innovation sont davantage orientés vers le soutien à la croissance de jeunes startups prometteuses que vers une collaboration directe avec celles-ci. C’est parfois le cas des laboratoires d’innovation des entreprises, des accélérateurs ou même des fonds de capital-risque (CVC). Il est donc essentiel de savoir où se situent les faiblesses d’une startup pour lui apporter le soutien adéquat.

La notation peut révéler les risques et enjeux précoces qui pourraient entraver la croissance d’une startup, voire compromettre sa survie. Ces problèmes peuvent par exemple se traduire par un manque d’engagement financier de la part des principaux dirigeants de la startup. L’intégrité de l’équipe s’en verrait alors menacée, tout comme sa capacité à exécuter sa roadmap de développement. Un autre exemple fréquent est l’absence de barrières à l’entrée érigées par la startup. Pour y remédier, elle devra déposer des brevets ou conclure des partenariats stratégiques. La notation de startups fournit donc un audit indépendant qui permet d’identifier plus facilement les principaux axes d’amélioration d’une jeune entreprise innovante.

Exemple de notation d’une startup : son positionnement par rapport à la base de données des startups notées et ses principales forces et faiblesses identifiées

4. Évaluer l’évolution des startups 

Si une équipe d’open innovation investit du temps et des ressources dans les startups, elle voudra mesurer l’impact de son accompagnement. Ce point est particulièrement important en période d’incertitude, où les budgets consacrés aux services non essentiels, y compris l’innovation, sont plus sévèrement examinés.

Le fait de pouvoir démontrer clairement quelles sont les startups qui se sont le plus développées peut aider à sélectionner celles qui méritent d’aller plus loin (par le biais de projets pilotes, d’investissements…). En outre, cette démarche peut aider à rationaliser l’allocation des ressources pour les initiatives d’open innovation qui impliquent des startups.

De plus, la notation et la re-notation d’une startup au bout de six mois (ou à intervalles réguliers) fournit une indication tangible de progrès ou d’absence de progrès. En réévaluant un ensemble de jeunes pousses, l’entreprise ou le grand groupe sera en mesure d’évaluer l’efficacité de ses processus d’open innovation, que ce soit dans la phase de sélection, d’encadrement ou d’investissement auprès des startups.

5. Découvrir le potentiel de nouvelles technologies et méthodes

L’objectif principal d’une stratégie d’open innovation est de découvrir de nouvelles façons de répondre aux besoins existants, en interne pour les équipes ou en externe pour les clients. L’open innovation peut également être sollicitée pour la recherche exploratoire.

Quels seront les besoins du consommateur de demain ? 

Quels sont les marchés qui présentent le plus grand potentiel pour l’avenir ? 

De quels outils les différentes business units d’une entreprise auront besoin pour faire face aux nouvelles tendances disruptives ? 

Les réponses à ces questions peuvent se trouver dans les technologies émergentes et les startups innovantes. En effet, la plupart des jeunes pousses technologiques sont à l’avant-garde des tendances et façonnent activement le futur de tous les marchés.

La notation de startup donne un aperçu du niveau d’innovation d’un produit ou d’un service, ainsi qu’une perspective sur le potentiel de marché sur lequel la startup opère. Ainsi, les leaders de l’open innovation peuvent utiliser ces informations pour explorer des opportunités en dehors des activités et des marchés principaux de l’entreprise. Les rapports de notation d’Early Metrics comprennent des indicateurs de maturité, de complexité et de profondeur de marché, qui à leur tour sont utiles pour évaluer l’adéquation avec la stratégie de développement d’une entreprise.

Pour résumer, la notation de startups facilite et accélère la prise de décision pour les leaders de l’open innovation. Elle fournit une analyse indépendante des partenaires innovants potentiels, basée sur des données approfondies et des méthodes scientifiques éprouvées. C’est pourquoi des entreprises telles que Barclays, AstraZeneca, LVMH et bien d’autres ont intégré la notation de startups dans leur palette d’outils d’open innovation. En définitive, ces notations peuvent déboucher sur une collaboration constructive entre les startups innovantes et les grands groupes.

Traduit de l’anglais par Julie Durban

Sur le même thème

Tous nos articles