Ces startups qui aident les petits commerçants en temps de pandémie

By Early Metrics Team - 30 avril 2021

Déjà très fragilisé ces dernières années suite à l’explosion du e-commerce, le secteur du retail a été profondément touché par la crise de la covid-19. Alors que les supermarchés et la grande consommation s’en sont bien sortis (12,3 % de croissance pour les hypermarchés en France en avril 2020) et qu’Amazon a doublé ses profits, les petits commerçants ont été forcés de mettre rapidement en place des actions pour survivre. Certains assouplissent les conditions de reprise tandis que d’autres, lorsque cela est possible, proposent la vente à emporter.

Une chose est sûre : le secteur du retail va devoir profondément se transformer pour garantir sa survie. Aujourd’hui, un seul commerçant sur trois a digitalisé ses processus. En France, le gouvernement a donc prévu d’investir 100 M€ pour aider les commerces à se digitaliser. Ce contexte favorise l’émergence de startups qui apportent diverses innovations au secteur du retail.

Maintenir son activité pendant le confinement

Les petits commerçants ont subi de plein fouet l’annonce du premier confinement en mars 2020. Ils ont dû rapidement trouver des solutions pour maintenir leur activité tout en respectant les nouvelles restrictions.

Créer sa boutique en ligne

C’est la proposition de startups comme Epicery, qui propose de commander en ligne chez des commerçants de bouche de proximité. Les commerçants inscrits sur la plateforme mettent à jour leurs stocks et reçoivent des notifications pour les commandes. Ils peuvent ainsi préparer leurs commandes en toute sécurité et les consommateurs n’ont plus qu’à venir les récupérer. Librairies Indépendantes propose le même service pour les librairies. De son côté, Tasty Cloud, notée par Early Metrics, aide les restaurateurs à créer des menus numérisés pour faciliter la commande en ligne. Ces alternatives permettent aux petits commerçants de se digitaliser facilement et en peu de temps.

Combler la distance avec les consommateurs

Les solutions de click and collect et de livraison ont enregistré une forte croissance depuis le début de la crise. D’un côté, les commerçants réalisent des ventes sans fournir d’efforts logistiques supplémentaires, car ils sont gérés par les startups. Ils peuvent également acquérir de nouveaux clients puisque le click and collect met en avant les commerces de proximité. De l’autre côté, les consommateurs apprécient d’effectuer leurs achats facilement et en toute sécurité via leur téléphone, tablette ou ordinateur. La livraison à domicile permet également de ne pas perdre les clients les plus vulnérables isolés à domicile. La startup Rapidle aide les commerçants à mettre en place une boutique en ligne en 24 heures afin de proposer des services de click and collect et de livraison.

Offrir un conseil personnalisé à distance

L’expertise des vendeurs peut également se répliquer à distance afin de fournir une expérience d’achat personnalisée. La startup GoInStore, notée par Early Metrics, permet aux vendeurs en magasin de répondre aux questions des consommateurs en direct ou de leur présenter des produits grâce à la visio-conférence. Cette tendance est également présente dans l’industrie cosmétique où le sur-mesure à distance devient un standard. Des startups comme Lucette et Jolimoi fournissent des conseils beauté personnalisés. Leur nombre d’utilisateurs a considérablement augmenté pendant le confinement.

Se préparer au retail post-pandémie

Beaucoup de commerçants ont su s’adapter en urgence aux nouvelles contraintes, mais certains changements sont à prévoir sur le long terme. Le retail, comme de nombreux autres secteurs, doit dès aujourd’hui se préparer à l’après covid-19.

Maintenir un niveau d’hygiène maximal en magasin

Les startups proposant des distributeurs de gel hydroalcoolique comme EverCleanHand devraient continuer à observer une belle croissance dans les prochaines années. Une autre tendance clé est l’intégration de dispositifs de nettoyage aux équipements du quotidien. Smart Hygiene, une startup notée par Early Metrics, propose une poignée de porte autonettoyante. De son côté, Uvis a mis au point un module de désinfection par rayons UV à intégrer aux escalators. Ces solutions de désinfection devraient représenter le nouveau standard en matière d’hygiène. Elles permettent aux commerçants de maintenir une sécurité sanitaire optimale tout en consacrant tout leur temps à la vente. 

Maintenir un niveau d’hygiène maximal au niveau du produit

Prendre un objet dans un rayon peut être le point de départ d’une contamination. Pour y remédier, les commerçants peuvent opter pour des emballages anti-microbiens. Ces derniers assurent la sécurité sanitaire en magasin mais également à la maison. Parx Materials, une startup notée par Early Metrics, a mis au point un bioplastique anti-microbien pour les emballages alimentaires. La startup utilise des procédés de chimie verte afin de limiter l’impact carbone d’un tel volume d’emballages. 

Vérification des gestes barrières

Les commerçants jouent un rôle clé pour limiter la propagation du virus. S’ils veulent continuer à accueillir des clients, ils doivent garantir le respect des gestes barrières. Plutôt que de mobiliser des ressources humaines pour ces contrôles, ils peuvent installer des logiciels reliés aux caméras de surveillance. Datakalab, par exemple, propose une solution de vision par ordinateur capable d’identifier les personnes qui ne portent pas correctement leur masque ou qui ne respectent pas les gestes barrières. 

Gestion des commandes et des paiements sans contact

L’un des changements majeurs du retail ces derniers mois est la démocratisation du paiement sans contact. Les moyens de paiement traditionnels peuvent être vecteurs de contamination et sont donc délaissés au profit des cartes sans contact ou smartphones. PayByFace, notée par Early Metrics, propose même une solution de paiement sans contact utilisant la reconnaissance facile. De son côté, iNUI studio a mis au point un écran interactif sans contact, qui peut être déployé en caisse par exemple.

En plus des investissements financiers, les commerçants vont devoir déployer de nouveaux types d’efforts :

  • marketing pour augmenter la visibilité de leur site internet
  • gestion de la logistique pour optimiser le traitement des commandes et des livraisons
  • surveillance continue de l’hygiène
  • éducation des consommateurs à ces nouveautés.

De leur côté, les startups bénéficient d’un terrain de jeu idéal pour déployer et améliorer leur technologie. Cela permettra de faire baisser les coûts et de les rendre plus abordables et crédibles pour les petits commerçants.

Par Clément Lagé, Associate Analyst chez Early Metrics

Tous nos articles