Comment l’agritech sème les graines d’une agriculture plus durable

By Anais Masetti - 08 août 2020

Traduit de l’anglais par Julie Durban

Les nouvelles technologies deviennent aujourd’hui un enjeu essentiel pour parvenir à produire suffisamment de nourriture pour une population mondiale en pleine croissance. Tour d’horizon des tendances clés du marché de l’agritech (nouvelles technologies appliquées à l’agriculture) et des cas d’utilisation issus de l’écosystème startups.

Le secteur agricole de demain face à des enjeux de taille

Qui s’est déjà demandé quel était le parcours d’une fraise avant d’arriver dans la composition d’un pot de yaourt ? Bien que le grand public soit de plus en plus conscient des implications sanitaires et sociales de certaines pratiques agricoles, la plupart des consommateurs sont encore très peu familiers des processus qui rendent possible la production des aliments qu’ils consomment. Nous partons du principe que notre supermarché sera rempli d’une variété de produits tout au long de l’année mais nous oublions à quel point ce quotidien dépend du secteur agricole, indispensable dans nos vies.

Ce phénomène est dû en partie aux progrès constants que l’agriculture a connus et connaît encore aujourd’hui. Grâce aux avancées technologiques, qu’elles prennent la forme de machines ou de progrès en génétique, la croissance des cultures et l’élevage des animaux sont devenus de plus en plus efficaces et fiables.

Pourtant, l’avenir de l’agriculture est confronté à des enjeux majeurs : le changement climatique rend les conditions météorologiques moins prévisibles et les catastrophes naturelles plus fréquentes, à l’image des grands feux de brousse, des tempêtes ou des inondations de 2019. Le secteur est également de plus en plus contraint d’adopter des pratiques plus durables en matière d’émissions de carbone, de pesticides et d’utilisation de l’eau tout en répondant à une demande croissante d’une population mondiale qui augmente.

Heureusement, de nouvelles solutions agritech (ou agtech) voient le jour pour aider les agriculteurs à répondre à ces attentes de manière durable.

L’agritech : un marché au potentiel croissant

Bien qu’elle n’ait pas reçu autant d’attention que les technologies appliquées au secteur alimentaire (aussi appelées foodtech), l’agritech est en plein essor. On estime que le marché mondial de l’agritech atteindra 13,50 milliards de dollars d’ici 2023, avec un TCAM (taux de croissance annuel moyen) supérieur à 18 % jusqu’en 2025 au moins.

Loin d’être leur premier marché cible, plusieurs fonds de capital-risque (VC) et de CVC cherchent aujourd’hui à récolter les fruits de cette tendance émergente (sans mauvais jeu de mots). De fait, Forbes a rapporté qu’en 2019, les startups opérant en amont de la chaîne de production alimentaire ont atteint 7,6 milliards de dollars, soit 100 millions de plus que l’année précédente.

A titre d’exemple parmi d’autres, la startup cotée Fieldin a réalisé une série A de 12 millions de dollars avec la participation de Cavallo Ventures (la branche d’investissement de la société de produits chimiques agricoles Wilbur-Ellis Company Inc.), Gal Ventures, Zeev Ventures et d’autres.

Une technologie au service d’une gestion intelligente de l’agriculture

Une analyse récente a souligné l’existence d’un intérêt particulier porté sur un segment du marché agritech, celui des systèmes de gestion des plantations intelligents. Ce dernier devrait atteindre 1,48 milliard de dollars d’ici 2026 au niveau mondial, avec un TCAM de 6,5 % entre 2020 et 2026.

En effet, les solutions innovantes qui peuvent permettre aux agriculteurs de planter, surveiller, irriguer, fertiliser ou récolter leurs cultures de manière plus intelligente sont très recherchées. Par « plus intelligente », on entend généralement une prise de décision appuyée par la collecte et l’analyse de données, également appelée « plantation intelligence » (PI). Les dispositifs de PI (tels que les capteurs spécialisés qui sont connectés aux cultures, en ligne et entre eux) associés à de gros logiciels d’analyse de données fournissent une mine d’informations exploitables aux responsables de terrains agricoles.

En outre, les algorithmes d’apprentissage automatique (machine learning) et les outils de visualisation des données peuvent permettre à des travailleurs non spécialisés de comprendre plus facilement ces données, de prendre des mesures de suivi en conséquence et même d’automatiser certaines de ces mesures (par exemple, ajuster les systèmes d’irrigation). Il existe également de nouveaux cas d’utilisation intéressants pour les drones et les satellites qui peuvent être utilisés pour les prévisions météorologiques et le suivi des cultures.

Gros plan sur l’IoT pour le suivi du comportement des cultures

Au sein de cette tendance, Early Metrics a identifié une startup à très fort potentiel de croissance : Phytech, une société israélienne, également basée aux États-Unis et en Australie, qui a développé des algorithmes innovants pour traiter les données des capteurs sur le terrain afin d’améliorer les performances des cultures.

phytech iot for agritech
Photo Phytech

Les capteurs IoT de Phytech sont placés sur les cultures elles-mêmes et suivent les micro-changements de diamètre, lié à leur niveau d’hydratation. Lors de la photosynthèse, la plante perd de l’eau, ce qui entraîne un léger rétrécissement de son tronc ou de sa tige, un changement qui est détecté par le capteur connecté de la startup. Les données recueillies sont ensuite analysées et présentées sous forme d’images sur une plateforme et une application. Ce dispositif IoT peut également détecter quand une plante est trop irriguée. En effet, trop d’eau peut conduire une plante à réduire sa photosynthèse et à donner moins de fruits.

En étant capable de mesurer et de visualiser ce comportement, les responsables agricoles peuvent rapidement identifier les parcelles de terre qui sont sous-irriguées et réduire l’irrigation là où elle est moins nécessaire. Ils peuvent ainsi optimiser la gestion de leurs exploitations, en réduisant le gaspillage d’eau, les coûts et les risques, tout en améliorant le rendement des cultures.

Phytech : la startup agritech au parcours pavé de succès 

Déjà en 2017, Phytech s’est placée parmi le top 5 % des milliers de startups notées par Early Metrics. Elle doit ce classement principalement à son expansion internationale rapide, à sa traction solide et rapide et à son équipe parfaitement complémentaire.

Depuis lors, la startup a atteint nos prévisions en levant un total de 20 millions de dollars et en élargissant sa base de clients. Par exemple, le groupe agricole australien Nutrano a fait savoir qu’il avait réussi à obtenir une excellente récolte de mandarines malgré les nouveaux protocoles Covid-19, en partie grâce à sa collaboration avec Phytech. De plus, l’année dernière, la société Stehly Grove Management, basée à San Diego, a expliqué comment l’innovation portée par la startup l’aidait à faire face au changement climatique :

Nous sommes convaincus que des solutions agritech, comme celles développées par Phytech, continueront à émerger pour rendre le secteur agricole plus résistant et plus pérenne. Une plus grande résilience dans le contexte du réchauffement et du changement climatique devra être assurée par les acteurs du secteur de l’alimentaire (boissons incluses) afin de répondre aux besoins de la population de demain. Enfin, il sera intéressant de suivre comment les marchés en développement avec des populations en forte croissance et un secteur agricole important comme l’Inde, le Brésil et le Nigeria, pour n’en citer que quelques-uns, vont stimuler et adopter l’innovation agritech.

Tous nos articles