EM Pitching Industry 4.0 : Comment les startups changent-elles notre façon de fabriquer

By Anais Masetti - 03 décembre 2018

Chez Early Metrics, non seulement nous évaluons les startups, mais nous les aidons également dans leur croissance et plus particulièrement dans la création de relations avec les grands groupes. Nous croyons que le partage de connaissances, d’expériences et d’idées peut donc renforcer l’écosystème d’innovation en impliquant à la fois les jeunes pousses et les géants de l’industrie.

 

C’est pourquoi nous avons lancé les soirées EM Pitching, une série d’événements au cours desquels une sélection de startups notées ont l’opportunité de présenter leur entreprise à un public qualifié de spécialistes du secteur et de grandes entreprises. Le 20 novembre, nous avons organisé la 10ème édition de cette série consacrée au thème passionnant de l’Industrie 4.0.

 

Comme notre PDG Antoine Baschiera l’a expliqué durant l’événement, «les besoins des consommateurs évoluent plus rapidement que les cycles de développement». Il est donc essentiel d’innover rapidement dans les environnements industriels pour répondre à cette demande en constante évolution. Selon Baschiera, la révolution industrielle actuelle repose sur trois piliers clés: l’analyse des données, la robotique et l’automatisation ainsi que le suivi et l’étiquetage des produits. L’analyse de data a une multitude d’applications, telles que la liaison entre la production et la vente pour optimiser la gestion des stocks ou la surveillance de la performance des usines. Ce sous-secteur est particulièrement intéressant pour les startups, car il implique des solutions agnostiques pour l’industrie et une faible dépendance au matériel hardware. La robotique et l’automatisation, en revanche, sont des domaines où les startups ont des difficultés à percer en raison de la réglementation et du développement à forte intensité de capital. Cependant, ils offrent un potentiel considérable, en particulier en ce qui concerne l’efficacité des travailleurs et le contrôle de la qualité. Enfin, le sous-secteur du “tagging and tracking” semble très prometteur pour les startups, car il dispose déjà d’un potentiel de traction élevé et peut compter sur le développement à la fois du matériel et des logiciels.

 

Pour illustrer certaines des innovations apparues dans ce secteur, nous avons invité trois brillantes startups à se présenter. Matthias Sicard, directeur des ventes pour l’Europe de l’ouest et du sud chez Disruptive Technologies AS, a ouvert le bal avec une solution IoT. Les mini-capteurs sans fil produit par cette startup peuvent transformer des machines existantes en “smart device” et collecter des données dans le cloud. André Joly, directeur général de Simsoft Industry, a ensuite présenté un assistant vocal permettant aux techniciens de consigner leurs observations et d’accéder à plus d’informations par commande vocale. Cela leur permet d’être plus efficaces, car ils n’ont pas besoin d’utiliser un ordinateur pour consigner leur travail, et constitue une solution moins invasive que les appareils de réalité augmentée. Enfin, Amandine Joyeux, Business Engineer chez OliKrom, a expliqué comment leurs peintures «intelligentes» peuvent être utilisées pour détecter les changements de température ou les fuites de gaz dans un contexte industriel, créant à terme un environnement plus sûr pour les travailleurs.

 

L’industrie 4.0 est un sujet passionnant et nous sommes impatients de suivre son développement ainsi que celui des startups qui catalysent cette révolution.

 

Tous nos articles