Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

Envolée des valorisations : comment s’assurer d’investir au juste prix ?

By Margaux Cervatius - 28 janvier 2022

2021 fut l’année de tous les records pour les startups à travers le monde. De nombreuses startups ont levé des fonds à des valorisations impressionnantes, dépassant parfois le milliard de dollars. D’après Crunchbase, l’investissement mondial en capital-risque s’est élevé à 643 milliards de dollars, contre 335 milliards pour 2020, soit une croissance de 92 % d’une année sur l’autre. En Europe, les investissements dans les startups ont plus que doublé entre 2020 et 2021 : ils atteignaient déjà 49 milliards d’euros fin juin 2021.

Comment expliquer l’envolée des valorisations de startups observée depuis l’année dernière ?  Comment s’assurer d’investir au juste prix face à cet engouement généralisé ?

Les investissements en capital-risque en plein boom

Après une légère hausse de 4 % en 2020, les investissements mondiaux dans les startups ont véritablement explosé en 2021. Les tickets moyens des investisseurs sont en hausse et les mega-deals de plus de 100 M$ deviennent peu à peu monnaie courante. Les 20 plus grosses levées européennes de 2021 cumulées atteignent ainsi les 20 milliards d’euros.

En conséquence, les valorisations des startups augmentent également. 586 nouvelles licornes sont apparues dans le monde en 2021, soit plus de 10 nouvelles par semaine. À titre de comparaison, l’année 2020 avait vu naître 167 nouvelles licornes. Fin décembre 2021, les 1 148 licornes mondiales étaient collectivement valorisées à 3 800 milliards de dollars.

Graphique sur les valorisations de startups à différents stades de maturité
Volume des investissements dans les startups mondiales (Crunchbase)

Vers une nouvelle bulle spéculative ?

Cette envolée s’explique par l’abondance de liquidités disponibles pour financer les startups. Le nombre de fonds de capital-risque ne cesse d’augmenter et ces derniers sont dotés d’enveloppes impressionnantes. Les startups préfèrent donc rester plus longtemps sur les marchés privés. En effet, entre 2000 et 2020, le nombre d’entreprises cotées aux États-Unis a baissé de 27 %. Les entrepreneurs peuvent obtenir des financements plus élevés et plus rapidement en passant par des fonds de VC. De plus, cela leur permet de conserver un plus grand contrôle sur leur société.

La concurrence accrue entre les fonds d’investissement participe également à l’explosion des valorisations, notamment en Europe. Le Vieux Continent a longtemps été à la traîne derrière les États-Unis et la Chine en matière de montants investis, mais il commence à rattraper son retard. Des fonds d’investissement non européens, habitués à des levées impressionnantes, renforcent leur présence en Europe et tirent ainsi les tickets moyens vers le haut. Notons l’exemple de SoftBank, le géant japonais des investissements, qui a participé à la levée historique de 680 M$ de Sorare en septembre 2021.

Face à cet engouement pour les startups, certains économistes commencent à tirer la sonnette d’alarme. Selon eux, le monde des startups ferait face à une bulle spéculative vouée à exploser. Il est donc essentiel de bien différencier les véritables pépites des projets « pipeau » et de valoriser les startups au juste prix.

Les méthodes pour une valorisation juste

Nous avons déjà abordé la difficulté à valoriser les startups early stage face à l’incertitude élevée qui pèse sur leur modèle et leurs projections financières. Grâce à son expérience, Early Metrics a mis au point une méthodologie fiable et indépendante qui permet de valoriser les jeunes sociétés générant pas ou peu de chiffre d’affaires.

Nous utilisons plusieurs méthodes de valorisation bien connues, que nous adaptons pour mieux refléter le potentiel des startups :

  • L’actualisation des flux de trésorerie ou DCF vise à déterminer la valeur de l’entreprise en évaluant la valeur des flux de trésorerie futurs que recevront les actionnaires ou l’entreprise ;
  • La méthode des multiples (qui repose à la fois sur des données internes et externes) estime la valeur d’une entreprise en la comparant à des entreprises similaires en matière de secteur d’activité, de modèle économique et de maturité commerciale ;
  • La méthode pré-revenus, inspirée de la méthode Berkus, détermine la valeur d’une société ne générant pas encore de chiffre d’affaires à partir de critères extra-financiers et met en avant les éléments de progrès de la startup ;
  • Enfin, la méthode VC fournit une valeur future théorique (ou valeur de sortie) selon plusieurs scénarios de croissance.

Nous prenons également en compte la valorisation souhaitée par les entrepreneurs et leur pouvoir de négociation avec les investisseurs. Souvent négligé, ce facteur peut donner une idée de l’ambition des entrepreneurs. Un juste prix doit refléter au mieux la valeur et le potentiel de l’entreprise, mais il doit surtout donner lieu à une entente entre les entrepreneurs et les investisseurs.

Nous pondérons ensuite toutes les valeurs obtenues selon la nature de l’entreprise, son stade de développement et le marché sur lequel elle évolue.

L’importance des facteurs extra-financiers

L’analyse d’Early Metrics ne se limite pas à l’adaptation et la combinaison de plusieurs méthodes de valorisation. Elle implique également des critères extra-financiers afin d’évaluer précisément le potentiel de la startup.

Avant d’investir dans une startup, il semble essentiel de bien cerner le projet, mais aussi ceux qui le portent. Il peut être intéressant d’étudier les éléments suivants :

  • Le business plan de la startup
  • Son modèle économique
  • Son marché ciblé et ses concurrents
  • Le profil des entrepreneurs, leurs expériences précédentes et leurs compétences (techniques, managériales, commerciales)
  • L’état d’avancement technique et commercial de la startup
  • Les financements déjà acquis et le profil des actionnaires existants

Cette analyse approfondie peut éviter des déconvenues par la suite. Un cas d’école souvent cité est la startup américaine Theranos. Elle promettait un outil de diagnostic médical capable de détecter des centaines de maladies à partir d’une goutte de sang. Au plus fort, l’entreprise a été valorisée à près de 10 milliards de dollars. Quelques années plus tard, il a été révélé que sa machine n’avait jamais fonctionné et que sa fondatrice, Elizabeth Holmes, avait menti à ses équipes et ses investisseurs. Elle a été condamnée pour fraude début 2022. Cette décision historique pourrait inciter les investisseurs à demander davantage de garanties aux créateurs d’entreprises.

L’année 2021 a vu une forte hausse du nombre de fonds d’investissement et du ticket moyen, faisant exploser les valorisations de beaucoup de startups. Toutefois, dans leur course effrénée aux meilleurs dossiers, les investisseurs doivent éviter de confondre vitesse et précipitation. Le processus de due diligence ne doit pas être négligé. Si les investisseurs manquent de temps ou d’expertise, ils peuvent avoir recours à des analyses externes. Celles proposées par Early Metrics allient éléments financiers et extra-financiers, afin de déterminer avec précision le juste prix auquel investir.

Tous nos articles