Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

Financement des startups : les alternatives clés aux investissements des fonds VC

By Katerina Mansour - 28 mars 2022

L’année 2021 a battu tous les records en termes de financement des startups en Europe et chez ses voisins Outre-Atlantique. Les startups ont atteint des montants sans précédents au cours d’une année qui a vu naître de nombreuses nouvelles licornes et la signature de méga contrats.

Dans l’ensemble, l’investissement VC attire l’attention des médias et du monde de la finance. Pourtant, ce n’est pas toujours la meilleure solution de financement pour une startup. Il est important de prendre en compte le niveau de maturité de la startup, son secteur et son but. Le financement VC devrait surtout être envisagé après avoir réussi des levées de fonds pré-seed ou seed. En effet, les fonds VC cherchent des sociétés avec un historique, une traction et une adéquation produit-marché avérée. En ce sens, les jeunes startups ont tout intérêt à se tourner vers des solutions alternatives.

Dans cet article, nous jetterons un œil aux alternatives les plus communes aux investissements de fonds VC envisagées par les startups, en détaillant les bénéfices et les enjeux qui accompagnent ces différentes options.

2021 en quelques chiffres

Avant de nous plonger dans les différentes sources de financement disponibles pour les entrepreneurs, examinons les chiffres qui illustrent le tournant qu’a pris l’année 2021 pour l’écosystème de startups européennes.

Pour la première fois, les startups européennes ont levé plus de 100 milliards de dollars en 2021. En effet, d’après les données du Pitchbook, 100,4 milliards de dollars ont été levés grâce à la signature de 9 419 contrats à la fin du mois de décembre 2021. Cela représente une augmentation de 115 % du montant d’investissement par rapport à 2020, et une augmentation de 6 % du nombre de contrats conclus.

Cependant, si le financement par VC est sans doute celui qui reçoit le plus d’attention médiatique et est considéré comme un signe de réussite pour une startup, les entrepreneurs doivent peser le pour et le contre avant d’opter pour cette stratégie.

Effectivement, le revers du financement de fonds VC comprend la perte d’une quantité relativement importante de parts de votre société. De plus, selon le contrat et les investisseurs, vous pourriez perdre le contrôle total du futur de votre entreprise. Obtenir le financement d’un fonds VC est également un processus long et éreintant, qui pourrait ne pas vous convenir si vous cherchez à obtenir un financement rapide.

Vue d’ensemble des alternatives au financement de fonds VC

Love money : le financement par les proches

Les prêts provenant de la famille et des amis peuvent être une première étape intéressante pour financer votre startup, s’ils ont les moyens de contribuer En général, il n’y a pas de cession de fonds propres de la société, et vous permet de travailler avec des personnes en qui vous avez confiance.

Lors du financement early-stage, les amis et la famille investissent généralement dans une idée. Ils vous font confiance étant donné le lien qui vous unit. Ils sont prêts à donner un coup de pouce à votre société.

Néanmoins, les amis et la famille ne seront généralement pas des investisseurs stratégiques. Ils ne seront pas en mesure de vous conseiller sur votre business plan ou votre stratégie globale. De plus, mélanger travail et relations personnelles peut rapidement affecter vos relations si tout ne se passe pas comme le voudriez.

Le prêt aux entreprises

Les prêts aux entreprises sont une solution répandue pour financer les activités d’une startup. Contrairement aux investissements de fonds VC, les prêts bancaires permettent de garder la propriété de votre entreprise. Cela permet également de bâtir un historique de crédit d’entreprise solide, qui pourrait vous être utile dans le futur.

Néanmoins, les startups sont connues pour être difficilement éligibles aux prêts bancaires. De plus, l’idée d’investir vos bénéfices dans le remboursement de votre prêt pourrait être un frein à la croissance de votre entreprise. Cette stratégie pourrait ne pas convenir complètement aux très jeunes startups, qui manquent de données historiques et qui n’ont pas encore bâtis leur historique de crédit.

Les banques attendront un business plan solide et un grand nombre de documents avant d’accepter de vous prêter de l’argent. En outre, vous aurez besoin de faire d’importantes recherches et de comparaisons pour être certain que vous choisissiez le prêt qui conviendra le mieux à votre société. Enfin, que votre entreprise fasse fortune ou non, vous devrez rembourser votre prêt bancaire.

Le financement participatif contre récompense

Le financement participatif (ou crowdfunding) contre récompense est une stratégie populaire, utilisée par les startups, surtout celles à l’orientation B2C. Les plateformes comme Kickstarter ou Indiegogo ont révolutionné le secteur des startups. En effet, elles ont rendu le lancement et le financement des startups plus facile. En présentant leur idée ou un projet en ligne et en offrant des récompenses contre cet investissement, de nombreuses startups ont émergé sur ce marché.

Cette source de financement des startups a la particularité de ne pas demander de remboursement du financement ou de céder des parts de la société. Cependant, le marché est devenu plutôt saturé et il peut être difficile de se démarquer des autres entreprises pour obtenir un financement suffisant.

Une campagne de crowdfunding durant l’amorçage d’une startup peut également augmenter son attrait pour les investisseurs dans le futur. La couverture marketing ou médiatique qui peut être engendrée par une telle campagne peut également se révéler très bénéfique pour une startup prometteuse.

Cependant, il est important de s’informer sur la plateforme utilisée pour la campagne de financement participatif. De nombreuses plateformes ne vous laisseront retirer l’argent que lorsque vous atteignez vos paliers, et il n’est pas rare pour ces plateformes de prendre une commission.

Les startups qui ont du succès sur les plateformes de financement participatif ont souvent un projet qui tapera dans l’œil d’un grand nombre d’investisseurs individuels, ce qui implique que tous les projets ne sont pas forcément faits pour ce type de financement (ex : les logiciels B2B).

L’equity crowdfunding ou le financement participatif en capital

Similaire à l’investissement de fonds VC, l’equity crowdfunding permet l’échange de financements contre des titres comme des parts, de la dette ou une part du chiffre d’affaires. Mais puisque l’equity crowdfunding demande l’implication d’un grand nombre de petits investisseurs, vous éviterez qu’un seul actionnaire n’ait trop de contrôle sur votre prise de décision.

D’autre part, vous gardez le contrôle total de la valorisation et du prix des actions de votre société. C’est un avantage important comparé à l’investissement de fonds VC.

Il est important de noter que l’equity crowdfunding engendre de lourds frais et de nombreux aspects réglementaires. Les entrepreneurs doivent faire un travail de due diligence sur l’ensemble du processus, bien que la plupart des plateformes vous accompagnent sur ce sujet. Enfin, dans la plupart des levées de fonds en equity, vous pourriez avoir besoin de fournir un droit de vote à vos nouveaux investisseurs ou d’autres droits sur votre société. Néanmoins, ce type de financement reste plus favorable aux entrepreneurs que les financements de fonds VC pour les startups en phase d’amorçage.

 Les subventions

Les financements publics ne sont pas nécessairement les plus répandus, mais peuvent être une option profitable pour les startups de toutes maturités confondues. Les subventions sont une façon non-dilutive de financer un projet. Il s’agit essentiellement d’argent disponible gratuitement, qu’aucun entrepreneur ne pourrait refuser.

En sus, une fois que vous aurez reçu une subvention, il sera plus facile d’en recevoir d’autres dans le futur, car vous aurez prouvé votre valeur et aurez fait grandir votre crédibilité. Cela signifie également que recevoir une subvention peut vous aidez plus tard, si vous choisissez de lever des fonds via des fonds d’investissements VC.

Toutefois, la plupart des subventions impliquent des restrictions et des conditions d’utilisation (ex : des études de marché, le développement du produit, etc.). Vous devrez vous soumettre à ces conditions sans compromis. De plus, l’éligibilité de ces subventions est soumise à plusieurs critères comme le secteur d’activité, la taille, la trésorerie disponible et l’âge de la startup. En ce sens, il peut être difficile de trouver une subvention qui convienne parfaitement à votre profil de startup. Enfin, les processus de candidature et de vérification de ces subventions peuvent être longs et compliqués.

Les business angels

L’investissement par le biais des business angels est souvent la dernière étape avant qu’une startup ne décide de passer par des investisseurs de fonds VC. Les investisseurs providentiels sont souvent des individus avec un excédent de fonds qui sont prêts à investir dans des projets potentiellement risqués. Ces business angels sont souvent des cadres supérieurs retraités, d’anciens entrepreneurs ou des leaders dans leur domaine. En ce sens, ils peuvent contribuer en apportant une expertise précieuse à de jeunes startups. Ces investisseurs peuvent être clés pour les startups en phase d’amorçage et qui ne sont peut-être pas éligibles à un prêt bancaire. Leur penchant pour les entreprises à haut risque les rend très attrayant.

Ces investisseurs peuvent également fournir de la crédibilité à la startup. Nombreux d’entre eux ont une expérience entrepreneuriale ou ont investi dans des sociétés qui ont eu du succès dans leur domaine d’expertise respectif. Les business angels mettent souvent à disposition leur réseau pour le projet dans lequel ils investissent. Cela signifie qu’ils aident à obtenir des introductions auprès de nouveaux prospects ou de partenaires potentiels. Leur expérience et leur mentorat peuvent se révéler précieux pour la croissance de l’entreprise.

Cependant, les business angels veulent souvent faire partie de la réflexion de la stratégie de l’entreprise afin de garantir leur ROI. Cela implique de leur céder un siège au conseil d’administration ou de leur assurer une relation de transparence. De plus, à cause du risque encouru, les business angels sont susceptibles de demander un grand nombre de parts en échange de leur investissement. Cela réduirait vos profits dans le futur.

Peser le pour et le contre

Quoi qu’il advienne, avoir un business plan solide et une équipe composée d’individus talentueux est un facteur clé afin de garantir des financements dans une startup. Ce sont d’ailleurs des facteurs clés dans le système de notation d’Early Metrics. Une fois que vous cochez ces cases, le temps vient de peser le pour et le contre de vos différentes options. Les investissements VC sont très attrayants, mais vous devrez avant tout vous poser ces questions :

  • L’investissement VC est-il vraiment adapté à votre entreprise à cet instant T ?  
  • Êtes-vous prêts à perdre des parts et le contrôle de votre entreprise ?
  • Avez-vous le temps et les ressources nécessaires à investir dans des processus d’investissements VC ?
  • Votre startup a-t-elle un historique assez solide pour qu’un fonds VC soit intéressé ?

Tout cela ne veut pas dire que les investissements VC sont un mauvais choix, car cela dépend entièrement de votre projet et de vos besoins. Cependant, il vous faudra prendre en compte tous ces points avant de prendre votre décision.

Traduit de l’anglais par Robin Vettier

Tous nos articles