Fonds de CVC : comment montrer la valeur de son portefeuille ?

By Early Metrics Team - 18 janvier 2021

Alors que la pandémie de coronavirus ouvre une nouvelle ère d’incertitude économique, de plus en plus d’entrepreneurs cherchent à obtenir des financements auprès de fonds corporates de capital-risque (CVC) pour compenser leur manque de liquidités et augmenter leurs chances de survie.

Dans une étude belge réalisée en avril auprès de plus de 980 startups, la moitié d’entre elles ont déclaré qu’elles seront à court de liquidités en septembre 2020. Pour les entrepreneurs, ces investisseurs evergreen ont un avantage sur les fonds de capital-risque traditionnels : ils peuvent également faciliter les contrats à long terme avec leurs sociétés mères.

La covid-19 a eu un impact négatif sur l’activité mondiale du capital-risque. En effet, le nombre total de transactions a diminué, passant de 1 751 au premier trimestre 2019 à 1 337 au premier trimestre 2020.

La crise a obligé les grandes entreprises à réduire les budgets de leurs initiatives d’innovation et à ajuster leurs stratégies d’investissement. Par exemple, le groupe Total, qui possède une branche CVC, a annoncé une réduction de 20 % de ses investissements d’entreprise suite à la crise.

Il est donc primordial pour les fonds de CVC de prouver la valeur de leur portefeuille afin de protéger leur activité. Nous présentons ci-dessous quelques facteurs clés à prendre en compte pour mesurer la valeur d’un portefeuille de corporate venture.

Où se situe la valeur d’un portefeuille de CVC ?

Les fonds de CVC ont une définition de la valeur différente de celle des investisseurs traditionnels. En effet, s’ils sont intéressés par un retour sur investissement (objectif habituel), la principale valeur réside dans les synergies potentielles entre la société mère et les acteurs innovants qu’ils pourront rallier de chacun de leurs investissements.

La valeur de leur portefeuille peut donc être mesurée à partir de la valorisation financière de chaque startup. Mais cette évaluation doit également être complétée par une évaluation des avancées apportées par les startups. Comme leur durée de vie n’est pas limitée (investissement evergreen), les fonds de CVC ne subissent pas de pression pour une sortie rapide. Ils se soucient plus de la qualité des services ou des biens des startups en portefeuille que de leur potentielle valorisation de sortie. Il est important de noter que cela peut être source de complexité lorsqu’il y a d’autres investisseurs autour de la table avec des intérêts conflictuels ou divergents.

Comme les fonds de CVC tiennent à atteindre les étapes clés de la roadmap technique, ils peuvent valoriser leur portefeuille en fonction de l’avancement de la R&D : valorisation de la propriété intellectuelle, vitesse de montée en puissance, nombre de fonctionnalités… Les fonds de CVC investissent souvent dans des startups qui ont déjà atteint un degré de maturité assez avancé, c’est-à-dire après la série A et avec un produit stable ou MVP. En effet, aux États-Unis, au premier semestre 2019, le montant moyen investi était d’environ 40 M$ par opération (30,7 Mds$ au total pour 770 transactions) alors que l’opération moyenne de capital-risque s’élevait à 20 M$ (130 Mds$ pour 5 900 transactions).

Comme les grands groupes utilisent souvent les solutions de startups, ils peuvent également demander directement à leur personnel interne de leur donner leurs retours sur les nouvelles fonctionnalités ajoutées. Cela leur apporte une meilleure compréhension du stade de développement des startups de leur portefeuille par rapport aux sociétés de capital-risque traditionnelles.

En outre, comme les grands groupes souhaitent garder un avantage sur leurs concurrents, les fonds de CVC pourraient valoriser les avantages concurrentiels apportés par la startup et son innovation, comme l’augmentation des performances après la mise en œuvre du produit.

Souvent, les grandes entreprises fixent également des objectifs à l’échelle du groupe pour donner une impulsion à long terme à leurs employés et une direction commune à leurs différentes filiales. Les startups dans lesquels les groupes investissent peuvent devenir des partenaires alignés sur cette stratégie globale. Ce type d’alliance offre plus de dynamisme à la stratégie et apporte de la crédibilité au groupe mère dans sa capacité à avoir un impact.

Comment les fonds de CVC peuvent-ils montrer la valeur de leur portefeuille ?

Les grands groupes investissent des millions dans leur communication, mais peu d’entre eux consacrent une somme importante à la promotion de leurs activités de CVC. Communiquer en interne et en externe sur leur portefeuille de startups peut être bénéfique à la fois pour la société mère et pour les startups.

D’un point de vue externe, en mettant en avant son soutien à des startups intéressantes, un fonds de CVC peut renforcer l’image de marque innovante de la société mère. Par exemple, le groupe Total a activement positionné sa marque dans le domaine des énergies renouvelables. C’est pourquoi sa branche CVC a investi dans Sunfire, une startup allemande spécialisée dans la transformation du CO2 en hydrogène, gaz de synthèse et combustibles liquides. Le groupe pourrait utiliser cet investissement pour prouver à ses clients qu’il prend des mesures concrètes dans ses efforts de transition vers des énergies renouvelables.

D’autre part, la communication interne sur le portefeuille peut favoriser une plus grande ouverture à l’innovation dans la culture de l’entreprise et augmenter les chances d’adhésion des équipes métiers aux produits de la startup.

Pour montrer la valeur de leurs startups, les fonds de CVC pourraient utiliser des indicateurs mesurant l’impact direct des solutions des startups dans la société mère. Ils pourraient inclure le nombre d’utilisateurs convertis, le nombre d’utilisations en interne, la valeur apportée par les cas d’usage pratiques au sein de la société mère, le temps gagné par les employés…

De plus, les fonds de CVC doivent montrer la valeur qu’ils apportent aux startups, au-delà du soutien financier. Comme les fonds sont en concurrence pour les meilleures cibles d’investissement, ils doivent démontrer ce que leurs synergies apportent aux startups de leur portefeuille (nombre de contrats, nombre de produits achetés par la société mère, etc.). Au-delà des chiffres, ils pourraient montrer comment le groupe s’associe à de petites entreprises pour atteindre ses objectifs stratégiques.

Comment les fonds de CVC peuvent-ils bénéficier d’un partenariat avec d’autres acteurs de l’écosystème ?

Pour détecter les nouvelles tendances et opportunités correspondant à leurs critères d’investissement, les fonds de CVC peuvent grandement bénéficier de services externes spécialisés, tels que la société de conseil technologique Sia Partners. En outre, pour obtenir une vision financière à jour de leur portefeuille, ils peuvent recourir aux services d’analyse continue d’un acteur externe impartial. Ce dernier peut fournir des résultats plus transparents et plus représentatifs. Par exemple, Early Metrics offre aux fonds des services de prospection de startups ainsi que des services de suivi de portefeuille à long terme.

Ensuite, pour récolter le fruit du travail de leur branche de capital-risque, les sociétés mères devraient naturellement viser à lancer des POC et à renforcer les synergies avec les startups de leur portefeuille. Le déploiement est l’une des étapes les plus risquées de la collaboration entre les grands groupes et les startups. Ainsi, là encore, les tierces parties qui ont développé une expertise et des processus sur ce sujet peuvent apporter un soutien précieux. Notre partenaire White Space, par exemple, est spécialisé dans la mise en œuvre de l’innovation au sein de grands groupes. Il peut donc accélérer et faciliter les partenariats techniques entre les petites entreprises et les grandes sociétés.

En résumé, la valeur du portefeuille d’un fonds de CVC peut être mesurée de quatre façons :

  • des experts financiers mesurent régulièrement la valeur de chaque startup pour fournir une valorisation à jour ;
  • chaque nouvelle fonctionnalité est prise en compte pour évaluer l’avancée de la roadmap technique ;
  • le fonds évalue l’avantage concurrentiel apporté par la startup bénéficiaire de l’investissement, comme le nombre d’utilisateurs convertis, l’amélioration des performances par rapport à la concurrence, etc. ;
  • le groupe évalue l’alignement de la startup avec sa stratégie, afin de mettre en avant les synergies potentielles à long terme.

Par Arthur Puig, Associate VC Analyst chez Early Metrics

Traduit de l’anglais par Margaux Cervatius

Sur le même thème

Tous nos articles