Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

Infographie – Comparaison des écosystèmes fintech en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

By Margaux Cervatius - 12 février 2020

Depuis cinq ans, Early Metrics analyse les tendances technologiques venues des pôles d’innovation européens. Implantée en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, l’agence de notation de startups jouit d’une immersion totale et privilégiée dans ces écosystèmes dynamiques. Elle analyse ici comment ces trois pays se positionnent dans le secteur de la fintech.

Ces cinq dernières années, le secteur de la technologie financière, autrement dit fintech, a connu une croissance exceptionnelle rapide, traduite notamment par l’émergence de plusieurs « licornes » (valorisées à plus d’un milliard de dollars). S’agissant des trois principales économies en Europe, il semble tout naturel que l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni se taillent la part du lion des acteurs fintech sur le Vieux Continent. Mais comment ces trois écosystèmes se positionnent-ils les uns par rapport aux autres ?

En matière de financement, le Royaume-Uni prend la tête du classement avec 4,4 Mds€ d’investissement dans la fintech britannique en 2019, contre 3,9 Mds€ l’année précédente. Vient ensuite l’Allemagne, avec 1,9 Md€ en 2019, grâce notamment à la levée de 170 M$ réalisée par N26, sa startup vedette. Pour la deuxième année consécutive, la France occupe la troisième place du podium, même si les investissements ont connu une nette accélération, en passant de 392 M€ en 2018 à 699 M€ en 2019.

En revanche, lorsqu’il s’agit du potentiel de croissance des startups fintech, nos recherches ont montré que les startups françaises et allemandes s’en sortent légèrement mieux que leurs consœurs britanniques. En effet, la note moyenne attribuée par Early Metrics était plus faible pour les startups fintech venant du Royaume-Uni. Cela s’explique en partie par une saturation du marché britannique, qui complique la tâche des nouveaux entrants qui souhaitent se faire une place dans l’écosystème.

2020 sera-t-elle l’année où le Royaume-Uni cèdera sa couronne fintech à ses voisins ? Cela semble très peu probable, surtout dans le domaine bancaire puisque trois des principales néobanques britanniques – Monzo, Starling et Revolut – s’apprêtent à signer de nouveaux méga-contrats dans les mois à venir.

Ces informations résumées et bien plus encore sont disponibles sur notre infographie que vous pouvez télécharger gratuitement en HD en remplissant le formulaire ci-dessous – nous respectons autant votre boîte de réception que la nôtre et nous ne vous enverrons donc aucun courrier indésirable.

Sur le même thème

Tous nos articles