L’assurance à la demande et l’émergence d’offres flexibles

By Julie Durban - 31 mai 2021

L’émergence de l’assurtech s’est accompagnée de la croissance des produits d’assurance centrés sur le client. Dans le cadre de cette tendance, l’assurance à la demande devient de plus en plus populaire car elle permet aux clients d’accéder à une couverture qui correspond étroitement à leurs besoins, de manière pratique et flexible.

Pratique et flexible ne sont peut-être pas les premiers mots qui viennent à l’esprit quand on pense à l’assurance. Néanmoins, les startups innovantes et nouvelles technologies permettent d’amorcer un changement dans le secteur. Voici donc une analyse plus approfondie des facteurs et innovations qui alimentent ce changement.

Qu’est-ce que l’assurance à la demande ?

Avant d’examiner les principales tendances, il convient de définir ce que recouvre “à la demande” dans ce contexte. L’assurance à la demande signifie qu’une personne peut acheter une couverture directement au lieu de passer par un courtier ou de parler à un représentant de l’assureur. Elle implique généralement un plus grand choix quant aux éléments inclus dans la police et à la durée de celle-ci, par opposition à une police à taille unique. La tarification est personnalisée en fonction de l’utilisation et/ou des caractéristiques de la police. En tant que telle, l’assurance qui repose sur l’utilisation est à considérer comme une sous-tendance de l’assurance à la demande.

Par exemple, au lieu de souscrire une police d’assurance traditionnelle pour le mobilier, un client pourrait choisir d’assurer uniquement son équipement de bureau à domicile le temps de quelques semaines, pendant qu’il accueille des locataires AirBnb. Une autre option prisée est l’assurance automobile à l’utilisation. Le client ne paie que lorsqu’il conduit, c’est-à-dire uniquement lorsque le bien est à risque.

Ces produits d’assurance sont le plus souvent distribués par des canaux numériques, comme une application mobile ou une plateforme en ligne. Ils sont donc plus attrayants pour les jeunes consommateurs. En effet, un rapport de Mitchell a souligné que 93 % des millenials américains affirment être intéressés par l’achat d’une assurance à l’usage, à condition que les prix soient compétitifs.

Pourquoi l’assurance flexible a-t-elle le vent en poupe ?

Selon une étude mondiale de Capgemini et de l’Efma réalisée en 2019, 35 % des clients particuliers sont intéressés par l’assurance à la demande pour 44,2 % des clients professionnels. Que se cache-t-il donc derrière cette demande ?

S’adapter aux préférences des clients d’aujourd’hui

Grâce à la numérisation du commerce de détail et d’autres secteurs, les clients ont pris l’habitude d’acheter des produits et des services en ligne. Ils peuvent ainsi supprimer les intermédiaires et personnaliser leur expérience. Les assureurs doivent désormais répondre aux mêmes attentes, d’où l’essor de nouvelles solutions d’assurance numériques.

En effet, la plupart des applications bancaires proposent désormais une fonctionnalité permettant de geler/dégeler une carte de débit d’un simple toucher du doigt. Il n’est pas surprenant que les consommateurs souhaitent obtenir le même niveau de commodité pour leur assurance.

Les consommateurs d’aujourd’hui aiment le choix, ce qui explique pourquoi l’assurance à la demande gagne en popularité. Le fait de ne payer que pour la période pendant laquelle les actifs sont à risque apparaît également comme une manière plus juste de tarifer l’assurance. Associée à une application pratique et à des formulaires simplifiés, l’assurance à la demande peut offrir une meilleure expérience client et conduire à une plus grande fidélité.

Startups et acteurs émergents

Les assureurs challengers et les acteurs de l’assurtech en général jouent un rôle clé dans la mise sur le marché d’une offre plus sur mesure. Cuvva fait partie de ces nouveaux entrants, avec sa couverture d’assurance automobile à l’usage. Trov est également l’une des meilleures startups européennes dans ce domaine, offrant une couverture flexible pour un ou plusieurs objets de valeur (appareils technologiques, instruments de musique…).

Certaines startups ont choisi de se concentrer sur les professionnels et les entreprises. Par exemple, Superscript, anciennement Digital Risks, propose une gamme d’assurances professionnelles flexibles. Elle s’est classée parmi les 15 % des startups les mieux notées par Early Metrics. Une autre startup britannique, Zego, a trouvé le succès en proposant une assurance automobile flexible pour les conducteurs de la gig economy (économie à la tâche) et les flottes professionnelles. En mars 2021, elle est devenue la première licorne assurtech du Royaume-Uni en levant 150 millions de dollars pour une valorisation de 1,1 milliard de dollars.

Il est intéressant de noter que nous assistons maintenant à l’entrée dans l’arène d’acteurs non assurtech : N26 a annoncé en avril 2021 qu’elle lançait une offre d’assurance smartphone à la demande, disponible en Allemagne via son application bancaire. La banque challenger prévoit d’étendre l’offre à l’assurance responsabilité civile privée, l’assurance habitation, l’assurance vie, l’assurance animaux de compagnie et la couverture des gros achats.

Les inconvénients de ces assurances à la demande

Comme l’ont analysé Paul Merrey et Arturs Kokins de KPMG, l’assurance à la demande ne convient pas à tout le monde. Pour quelqu’un qui a besoin d’être couvert pendant la majeure partie de l’année, les polices flexibles seront généralement plus chères que les polices annuelles. En effet, les assureurs doivent appliquer un prix plus élevé sur les polices à l’usage pour compenser les risques plus importants et les revenus plus faibles.

Ces deux problèmes constituent en soi des obstacles à la généralisation des offres à la demande. Les opérateurs historiques ne sont pas nécessairement motivés pour offrir une couverture à la demande, car la nature ponctuelle d’un tel produit signifie qu’ils auront plus de mal à évaluer le risque. Si le client n’utilise la couverture que rarement, l’assureur gagnera moins que sur les polices annuelles. En outre, les risques de fraude sont plus importants.

Les coûts de marketing nécessaires pour sensibiliser les clients sur ce nouveau type de couverture et gagner en visibilité dans un paysage concurrentiel sont un frein supplémentaire à la croissance de l’assurance flexible.

Les nouvelles technologies soutiennent la croissance de l’assurance à la demande

La télématique et les dispositifs connectés pourraient permettre une tarification dynamique et adapter l’évaluation des risques.

Capteurs, IoT et big data

Toute technologie qui peut permettre un suivi précis des activités peut être extrêmement bénéfique pour l’assurance à la demande. Les technologies qui reposent sur des capteurs, notamment celles utilisées pour le GPS et l’IoT, ont fait des bonds en avant ces dernières années. Certaines ont trouvé leur place dans des appareils du quotidien, comme les smartphones. Les données collectées grâce à elles peuvent contribuer à éclairer les primes personnalisées, les évaluations des risques et les réclamations pour fraude.

En effet, une couverture automobile avec paiement au kilomètre nécessitera un suivi précis de la distance parcourue par le client et de la fréquence de ses déplacements. En dehors de la télématique traditionnelle, certaines startups développent des capteurs plus spécialisés. Par exemple, la startup cotée G-Keep a créé un dispositif qui suit le comportement des véhicules et le niveau des réservoirs de carburant afin de détecter les vols de carburant dans les flottes de camions. En plus de ce dispositif, elle a créé un produit d’assurance pour rembourser le carburant volé.

Bien qu’il y ait des problèmes de confidentialité, plusieurs grands assureurs ont également discuté de la possibilité d’exploiter les données des trackers de fitness et des appareils domestiques intelligents pour fournir une assurance santé ou habitation sur mesure à l’avenir.

IA et apprentissage automatique

L’utilisation de l’intelligence artificielle dans l’assurance augmente progressivement, ce qui pourrait s’avérer utile pour la croissance des offres flexibles. Comme mentionné précédemment, une couverture à la demande peut impliquer des risques plus élevés et un retour sur investissement plus faible. Deux problèmes auxquels des algorithmes intelligents pourraient s’attaquer.

Le Machine Learning, c’est-à-dire les algorithmes qui apprennent à partir des données et s’adaptent en conséquence au fil du temps, pourrait permettre une tarification et une évaluation des risques dynamiques qui reflètent l’évolution des comportements et des préférences d’un client. En automatisant certaines parties du processus de souscription, les assureurs pourraient gagner du temps et de l’argent. En retour, il serait plus facile de rentabiliser ces produits plus risqués.

Reprenons l’exemple de l’assurance automobile. De nombreux chauffeurs de taxi utilisent une dashcam pour enregistrer les incidents potentiels et étayer leurs demandes d’indemnisation. L’application de l’IA aux dashcams pourrait permettre d’automatiser l’analyse des séquences pour vérifier les demandes d’indemnisation. En outre, elle pourrait également contribuer à informer les conducteurs des menaces potentielles afin de prévenir les incidents.

Shift Technology est assurément une entreprise à suivre dans ce domaine. La startup française, qui développe des technologies d’IA et de lutte contre la fraude pour les assureurs, a levé 220 millions de dollars à une valorisation de plus d’un milliard de dollars en mai 2021. Early Metrics avait reconnu le fort potentiel de croissance de la startup en 2018, la classant dans le top 5 % des startups notées.

À l’avenir, nous pouvons nous attendre à ce que la demande de produits d’assurance flexibles continue de croître. Cependant, ils ne remplaceront pas les assurances traditionnelles, mais viendront plutôt compléter les polices existantes. Comme la numérisation de l’assurance continue de s’accélérer, il sera de plus en plus facile pour les opérateurs historiques et les startups de développer l’assurance à la demande.

Vous souhaitez savoir qui deviendra la nouvelle licorne de l’assurtech de demain ? Alors, découvrez comment nos notations de startups et nos recherches sur l’innovation peuvent vous aider.

Tous nos articles