Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

Neon et le radieux futur des néo-banques

By Katerina Mansour - 30 novembre 2020

Traduit de l’anglais par Julie Durban

Le secteur bancaire a connu une transformation importante au cours des dernières années. Les établissements bancaires traditionnels entre désormais en concurrence directe avec des startups et des néo-banques qui cherchent à offrir aux consommateurs de nouvelles façons de gérer leurs dépenses et leurs investissements.

Au cœur de cet écosystème, la banque en ligne ou mobile s’installe de plus en plus comme la nouvelle norme, se faisant pourvoyeur d’un service plus pratique et plus rapide.

L’avenir de la banque est-il 100% numérique ?

Une étude sur les services bancaires mobiles réalisée par Business Insider a montré que 97 % des millenials utilisent des services bancaires mobiles. Cependant, les taux d’adoption sont également élevés pour les générations plus âgées, 91 % des membres de la génération X et 71 % des baby-boomers interrogés déclarant également leur attrait pour ces nouveaux services bancaires numériques. Selon une étude de la Citibank, l’un des principaux avantages des services bancaires mobiles perçus par les consommateurs américains en 2018 était une plus grande prise de conscience de leur situation financière.

Au-delà de la commodité de leurs services bancaires mobiles, les néo-banques sont entrées en scène avec des offres plus attrayantes que leurs concurrents traditionnels. En effet, une récente enquête de KPMG a montré que la première raison d’ouvrir un compte dans une néo-banque en 2019 était l’attractivité des prix. Les néo-banques représentent en fin de compte le passage d’une banque en physique ou par téléphone à une banque en ligne, qui supprime la nécessité de se rendre dans une agence et offre aux consommateurs de nouvelles informations sur leurs finances.

L’augmentation de la popularité et de l’utilisation des néo-banques a entraîné des levées de fonds sans précédent dans l’écosystème bancaire, même pendant la crise liée à la Covid-19. Entre février et mai 2020, N26 a clôturé un tour de table de 100 millions de dollars en série D pour une valorisation de 3,5 milliards de dollars, Starling Bank a levé 60£ millions auprès de ses investisseurs existants, et Revolut a levé 500$ millions pour une valorisation de 5,5$ milliards.

Place au neuf avec les néo-banques

Neon bank - team - early metrics blog photo

Alors que de nombreuses banques en ligne se sont déjà bien fait connaître, d’autres continuent d’apparaître. Parmi elles figure l’une des startups notées par Early Metrics, Neon. La néo-banque suisse est très prometteuse puisqu’elle se classe parmi les 10 % des startups les mieux notées par Early Metrics. Neon a regroupé des services et des avantages destinés à simplifier les opérations bancaires quotidiennes des citoyens, à un coût réduit et avec le moins de frais possible : scan de fiches de paie, cartes et IBAN, identification des dépenses grâce aux logos des entreprises, statistiques clés sur les postes de dépenses, absence de frais pour l’utilisation de la carte à l’étranger, etc.

Lors de son entretien avec Early Metrics, Jörg Sandrock, le PDG de Neon, a évoqué les problèmes insuffisamment traités auxquels les Fintechs devrait s’attaquer. Il a souligné l’importance d’étudier tous les domaines dans lesquels les banques traditionnelles pêchent à fournir des solutions optimales, que ce soit en produits plus pratiques ou en processus plus efficaces. En définitive, adresser les points sensibles des banques traditionnelles est une grande partie de ce que les néo-banques, dont Neon, ont fait pour se différencier sur le marché. En effet, Jörg a déclaré que les banques suisses traditionnelles ne se sont pas positionnées sur l’expérience mobile des utilisateurs et ne sont pas en mesure de répondre aux exigences de rentabilité que les banques concurrentes comme Neon peuvent atteindre.

Bien que la Suisse soit connue comme l’un des centres financiers du monde, le pays a été lent à numériser et à transformer son secteur bancaire. Au sein de cet écosystème, Neon a pu s’imposer comme l’un des rares acteurs du marché à offrir une expérience bancaire entièrement mobile avec des coûts aussi bas.

Covid-19 : les néo-banques gardent la tête hors de l’eau

La pandémie que connaît actuellement le monde entier a réveillé de nombreux secteurs en ce qui concerne l’importance de la numérisation. La crise sanitaire a clairement démontré l’importance de fournir aux consommateurs des services en ligne flexibles, pratiques et rapides.

Les institutions financières ont mis en œuvre de nombreux changements en réponse à cette crise, tels que des limites de paiement sans contact plus élevées ou des retards dans le remboursement des prêts. Plus que jamais, les consommateurs ont dû être en mesure de gérer tous les aspects de leur vie financière en ligne. Selon une enquête de la Bourse de New York (MX) menée aux États-Unis : 59 % des personnes dépensent moins d’argent qu’auparavant depuis la crise de la Covid-19, 55 % utilisent leur application mobile comme principal outil pour vérifier le solde de leur compte et seulement 2 % se rendent en agence. Nous avons demandé à Jörg comment la crise a affecté Neon jusqu’à présent :

« Chez Neon, nous identifions trois comportements qui ont évolué suite à la Covid-19 : une demande croissante de nouveaux clients ouvrant un compte Neon, des changements distincts dans le comportement de paiement des clients existants (moins de transactions en espèces, plus de paiements sans contact, une augmentation du montant moyen des transactions, un comportement d’achat différent, etc.) et bien sûr différentes façons de travailler ensemble au sein de notre équipe et avec nos différents partenaires. »

La crise du coronavirus et les conversations qu’elle a suscitées donneront sans aucun doute matière à réflexion aux institutions financières du monde entier. Les néo-banques, qui étaient déjà bien préparées à ce type de situations sans même le savoir, pourraient probablement continuer à connaître une croissance rapide liée à l’évolution actuelle du comportement des consommateurs.

Sur le même thème

Tous nos articles