Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

Pourquoi travailler avec des startups en dix points

By Katerina Mansour - 10 mars 2021

Depuis quelques années, il est de plus en plus courant pour les grandes entreprises de travailler avec des startups. Ces collaborations prennent de nombreuses formes, de la concession de licences technologiques au co-développement de nouvelles solutions.

Dès 2014, une étude de KPMG révélait que près de 90 % des grands groupes estimaient que la collaboration était essentielle pour promouvoir l’innovation. Ce sentiment n’a cessé de gagner du terrain, incitant de nombreux groupes à instaurer une stratégie d’open innovation. L’open innovation encourage la collaboration avec des parties externes. Elle présente des avantages non seulement pour les grands groupes, mais aussi pour leurs équipes métiers.

Le nombre croissant de fonds de corporate venture (CVC) souligne également la popularité des collaborations entre les startups et les grandes entreprises. Selon CB Insights, le nombre d’investisseurs en CVC a augmenté de 35 % entre 2017 et 2018. En 2018, les CVC ont investi 53 milliards de dollars répartis sur 2 740 levées de fonds.

« La collaboration ne peut plus être considérée comme une option supplémentaire, c’est un impératif stratégique. Les startups sont désormais largement reconnues comme des sources inestimables d’innovation, qui boostent la croissance et apportent des solutions commerciales innovantes. »

Aline Santos, vice-présidente marketing mondial chez Unilever

Néanmoins, certaines entreprises y sont encore réticentes. Elles préfèrent conserver leur innovation en interne et maintenir le secret autour de leurs développements stratégiques. La pandémie de covid-19 a ajouté un obstacle supplémentaire à la formation de collaborations entre startups et grandes entreprises. En effet, ces dernières subissent des pressions pour réaffecter les budgets en interne afin de faire face à la crise. Toutefois, à long terme, cela pourrait avoir un impact négatif sur leurs efforts pour rester compétitives et innovantes.

Qu’est-ce qu’une startup précisément ?

Avant d’examiner les raisons pour lesquelles les grandes entreprises devraient travailler avec des startups, définissons rapidement ce qu’est une startup.

Une startup est une jeune entreprise, généralement financée avec l’aide de quelques entrepreneurs et de proches (amis ou famille). La plupart des startups visent à créer une solution ou un modèle économique innovant qui remet en question le statu quo et répond aux besoins du marché avec une approche nouvelle. Elles s’appuient le plus souvent sur l’innovation et la valeur ajoutée de leur offre pour attirer des investisseurs qui les aideront à faire grandir leur projet. Au cours de leurs premières années d’existence, les startups ont de petites équipes, de faibles revenus et des roadmaps techniques et commerciales ambitieuses. Elles attirent souvent de jeunes salariés, qui contribuent à apporter des idées novatrices et à favoriser un environnement de travail plus souple que celui des grands groupes.

Pourquoi travailler avec des startups ?

1. Accéder aux dernières technologies sur le marché

La demande des clients évolue à un rythme de plus en plus rapide. Pour rester compétitives, les grandes entreprises doivent accélérer leur transformation numérique. Les startups participent souvent à la création ou au perfectionnement des technologies émergentes avant les grandes entreprises. Par conséquent, les collaborations entre ces acteurs peuvent permettre de gagner du temps et d’économiser des ressources.

Le marché des technologies évolue lui aussi rapidement, avec des chiffres d’adoption impressionnants qui reflètent la croyance générale en son potentiel. Il existe plus d’un million de startups technologiques dans le monde. En outre, les dépenses mondiales en matière de technologie se sont élevées à 3.700 milliards de dollars en 2019. L’adoption de nouvelles technologies a aidé les grandes entreprises à réduire leurs coûts et à augmenter leurs revenus. Par exemple, Netflix affirme avoir économisé un milliard de dollars par an grâce à son utilisation d’algorithmes de machine learning.

2. Accéder à des connaissances spécialisées en dehors des compétences clés de votre entreprise

La réduction des coûts est sans doute la première raison de l’externalisation. Toutefois, au-delà de la question des coûts, le travail avec les startups peuvent être aussi une source de connaissances. Si votre entreprise manque d’experts dans certains domaines de pointe, le partenariat avec une startup peut être la solution.

En effet, on estime que les postes à pourvoir dans le domaine des technologies coûtent 63 milliards £ par an à l’économie britannique. Plus de la moitié des employeurs ont été contraints de laisser un poste vacant ouvert indéfiniment parce qu’ils ne trouvaient pas de candidat adéquat. Au lieu d’essayer d’engager des experts, travailler avec une startup qui possède déjà cette expertise en interne est une solution viable.

3. Améliorer l’efficacité des processus de développement de nouveaux produits

Proposer des produits ou des services innovants peut être difficile et entraîner des coûts de R&D élevés. Les grandes entreprises peuvent limiter ces coûts en travaillant avec des startups qui partageront la charge financière, par exemple par le biais du co-développement. De nombreux facteurs permettent aux startups de mener des activités de R&D plus rapidement que les grandes entreprises : leur petite taille, leur concentration sur un segment de niche, l’absence de paperasse… Une R&D plus rapide est essentielle, tant en termes de coûts que de délais de mise sur le marché.

4. Explorer de nouveaux marchés et canaux

Les startups sont à l’origine de certaines des principales innovations de rupture. Cela vaut au niveau des technologies et produits, mais aussi des modèles économiques et stratégies d’entrée sur le marché. Les startups peuvent aider les grandes entreprises à trouver de nouveaux marchés potentiels et à bénéficier de nouvelles stratégies pour y entrer. Dans une enquête réalisée par OpenAxel, 66 % des grandes entreprises interrogées ont estimé que l’entrée sur de nouveaux marchés était un moteur important de la collaboration avec des startups.

5. Déployer de nouvelles méthodes de travail au sein d’une grande entreprise

La « culture startup » peut inclure des notions comme :

  • Une plus grande flexibilité
  • Un niveau d’innovation supérieur
  • Une plus grande créativité
  • Un engagement accru des employés
  • Une bonne communication
  • Une meilleure productivité.

La pensée générale est que les startups soutiennent plus leurs équipes que les grandes entreprises. Grâce à leur culture du travail flexible, elles peuvent également attirer plus facilement certains talents que les grandes entreprises. Selon une étude réalisée par Deloitte en 2016, les millenials préfèrent travailler dans des environnements créatifs et inclusifs.

Les jeunes générations favorisent plutôt les employeurs qui mettent l’accent sur le bien-être des employés et sur un travail valorisant. Cela comprend des facteurs tels que la flexibilité des horaires de travail, la possibilité de télétravailler, la diversité de la main-d’œuvre, la possibilité de gravir les échelons, le partage de valeurs communes et le fait de travailler pour une entreprise qui a un impact positif sur le monde.

Ainsi, en travaillant aux côtés des startups, les grands groupes peuvent apprendre à faire évoluer leur propre culture de travail pour répondre aux nouvelles attentes. Ce changement de culture peut alors se traduire par une meilleure fidélisation des employés, une innovation interne accrue et une meilleure performance des équipes.

6. Attirer les jeunes talents dynamiques

Dans la lignée du point 5, les startups peuvent aider à attirer des jeunes talents dynamiques. Des sondages ont montré que les millenials seraient prêts à quitter leur emploi non seulement pour un meilleur salaire mais aussi pour un environnement plus innovant. Selon une étude d’Accenture, ils sont également plus enclins à travailler dans des startups ou des petites structures que dans des grands groupes. Les grandes entreprises qui travaillent avec des startups sont plus attrayantes pour les jeunes générations. En effet, ces jeunes générations cherchent souvent à faire partie d’un projet passionnant qui reste à la pointe de l’innovation.

7. Améliorer l’image de marque de l’entreprise en s’associant à des entreprises visionnaires

En plus d’attirer les jeunes générations qui ont des idées et des points de vue uniques, la collaboration avec les startups peut permettre d’attirer une nouvelle clientèle et de la fidéliser. En adoptant des solutions et des technologies innovantes, les grands groupes peuvent changer ou revaloriser leur image. Rester à la pointe de la technologie et développer des solutions créatives peut contribuer à restaurer l’intérêt et la confiance dans une entreprise.

Des études ont montré que les consommateurs trouvent important d’acheter auprès d’entreprises innovantes. En outre, 45 % d’entre eux ont déclaré qu’il est très probable qu’ils se souviennent de la publicité pour une marque ou un produit qu’ils jugent innovant. Les efforts de marketing peuvent s’appuyer sur l’innovation pour renforcer l’image d’une marque auprès du public. Enfin, les équipes de marketing peuvent tirer parti de la collaboration avec une startup innovante pour attirer de nouveaux regards sur l’entreprise.

 8. Identifier les opportunités d’investissement et de rachat potentielles

Lorsque vous travaillez avec des startups, vous comprenez mieux leurs produits et comment ils s’intègrent dans les objectifs stratégiques de votre entreprise. Souvent, les collaborations entre les startups et les grandes entreprises peuvent conduire à des rachats. L’une des principales raisons pour lesquelles les entreprises ont lancé des accélérateurs et des filiales CVC est d’identifier les bonnes startups pour des collaborations, des investissements et, finalement, des rachats. En effet, les rachats de startups par de grands groupes sont devenus une pratique courante. Par exemple, au cours des vingt dernières années, Amazon aurait financé ou acheté au moins 128 startups.

9. Gagner des avantages concurrentiels

Il est essentiel pour les acteurs historiques de rester à la pointe de l’innovation. Cet enjeu est d’autant plus important sur des marchés confrontés à des innovations de rupture, comme les médias, le retail… L’accès aux dernières technologies et innovations constitue un avantage concurrentiel important. En outre, travailler avec des startups peut contribuer à rationaliser et à accélérer les processus d’innovation. Les grandes entreprises peuvent ainsi lancer des produits plus rapidement que les concurrents.

10. Se préparer à l’imprévu

En construisant un réseau de partenaires innovants, les grandes entreprises ont accès à des ressources supplémentaires en période de crise. La pandémie de covid-19 a ainsi donné lieu à de nombreuses réussites. En 2015, le géant Salesforce s’était associé à Zoom. Il s’agissait initialement d’intégrer la vidéo cloud au site. Une fois que la covid-19 a frappé, Salesforce a pu rapidement concevoir des fonctionnalités d’appel vidéo et de télétravail sur mesure pour ses employés grâce à Zoom. Des startups ont également fait leur entrée sur le marché des vaccins afin d’aider les groupes pharmaceutiques et les gouvernements à développer et à déployer des vaccins.

Il est évident que les collaborations entre grandes entreprises et startups présentent de nombreux avantages. Mais leur réussite dépend de leur bonne mise en œuvre. Les entreprises doivent définir une stratégie d’open innovation claire et cohérente. Elles doivent échanger avec les équipes métiers afin de recueillir leurs retours sur ces collaborations. Le partenariat avec des acteurs tiers comme Early Metrics peut permettre aux entreprises de choisir la bonne startup pour répondre à leurs besoins et de lancer des collaborations fructueuses.

Traduit de l’anglais par Margaux Cervatius

Sur le même thème

Tous nos articles