Lors de notre dernier webinaire, des experts du Groupe ADP, du Crédit Agricole et de RaiseSherpas ont partagé leur point de vue sur la gestion de portefeuille de startups. Ne manquez pas le replay de cet échange !
Je regarde le replay

Santé mentale au travail : comment lutter contre la stigmatisation

By Katerina Mansour - 25 septembre 2020

Traduit de l’anglais par Margaux Cervatius

Ce qui semble être une évidence n’a pas toujours été une priorité pour les entreprises. La santé mentale est un sujet stigmatisé et tabou depuis des dizaines d’années.

Pendant longtemps, les employés étaient censés souffrir en silence et continuer à faire leur travail, en dépit du stress, de l’anxiété ou de la dépression. Aujourd’hui encore, des stigmates subsistent et des efforts sont nécessaires pour les combattre. Selon un sondage réalisé auprès d’entreprises britanniques, 56 % des employeurs sont réticents à embaucher une personne souffrant d’un problème de santé mentale par crainte qu’elle ne soit stigmatisée par ses collègues.

Ce même sondage a montré que seuls 64 % des employeurs se sentent à l’aise pour parler de santé mentale avec leurs employés. En 2018/2019, on a dénombré 602 000 cas de stress, de dépression ou d’anxiété liés au travail au Royaume-Uni.

Grâce à une meilleure prise de conscience, la santé mentale n’est plus un sujet que les entreprises peuvent facilement occulter. Compte tenu du nombre de personnes concernées, les entreprises doivent mettre en place des politiques et des solutions pour assurer le bien-être mental de leurs employés.

Impact de la Covid-19 sur la santé mentale au travail

Il reste encore du chemin à parcourir mais les entreprises font davantage d’efforts pour s’assurer que leurs employés sont heureux et en bonne santé. Il est évident que la pandémie de Covid-19 a fait du bien-être et de la sécurité des employés une priorité absolue pour les chefs d’entreprise. La crainte de contracter et de propager le virus sur le lieu de travail conduit de nombreux employés à travailler avec un esprit distrait. Ces distractions peuvent nuire à la productivité, en plus de contribuer à un mauvais état d’esprit au sein de l’équipe. En effet, des enquêtes récentes ont montré que sept employés sur dix estimaient que la pandémie de Covid-19 était la période la plus stressante de toute leur carrière professionnelle.

L’anxiété et la dépression se seraient aggravées pour beaucoup de personnes depuis le début de la pandémie. Des pays comme les États-Unis ont vu le nombre d’ordonnances d’antidépresseurs et d’anxiolytiques augmenter considérablement. La pandémie a placé les employeurs dans une situation difficile. Ils doivent se concentrer sur leur survie économique, sans pour autant sacrifier le bien-être physique et mental de leur équipe. Des employés en bonne santé seront plus productifs et coûteront moins cher à l’entreprise sur le long terme. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles les mesures visant à garantir la santé et la sécurité au travail ont été de plus en plus adoptées par les entreprises. Au Royaume-Uni, 59 % des absences de longue durée du travail en 2019 étaient dues à des problèmes de santé mentale, selon le CIPD (Chartered Institute of Personnel and Development).

Des mesures audacieuses face à la pandémie

Aujourd’hui, le sujet de la santé mentale au travail se révèle assez complexe. La Covid-19 a bouleversé le monde entier. La reconnaissance des risques pour la santé a conduit de nombreuses entreprises à prendre des mesures audacieuses. Le bien-être physique et mental est désormais reconnu comme une priorité.

Google a annoncé que ses employés pourraient continuer à travailler à domicile au moins jusqu’à l’été 2021. Twitter, de son côté, a déclaré que les employés pouvaient choisir de travailler de chez eux « ad vitam æternam ». Facebook, Uber, Salesforce, Amazon, Hitachi, Square, Shopify et Slack ont tous pris des décisions similaires, étendant considérablement leurs politiques de télétravail.

Pourquoi le télétravail est-il considéré comme la meilleure solution à la crise actuelle ? Au-delà du fait évident qu’il réduit le risque d’attraper ou de propager le virus, le télétravail présente des avantages pour la santé mentale. Une enquête a montré que les Américains estimaient que le télétravail contribuait à réduire le stress lié au travail. 71 % des participants aimeraient travailler de chez eux pour réduire le stress lié aux trajets domicile-travail. 60 % ont déclaré que le télétravail leur offrait un environnement de travail plus calme et 75 % ont affirmé que la réduction des distractions contribuait à améliorer leur productivité et à réduire le stress.

Le télétravail permet également aux employés d’améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de réduire les coûts. Le fait de pouvoir travailler de n’importe où signifie que vous pouvez vous éloigner de la ville et de son coût de vie élevé. Vos frais de déplacement diminuent et le temps passé dans la voiture ou le métro peut être consacré à des tâches à plus forte valeur ajoutée. Des avantages similaires ont été observés avec la mise en place de la semaine de travail de quatre jours. Par exemple, Microsoft a testé la semaine de travail de quatre jours au Japon et a remarqué une augmentation de 40 % de la productivité. La conclusion est simple et ne surprendra personne : des travailleurs heureux et en bonne santé sont plus productifs.

Quelles autres stratégies pour assurer le bien-être mental sur le lieu de travail ?

Outre les options de travail flexible comme le télétravail ou les semaines de travail plus courtes, il existe de nombreuses façons pour les entreprises d’assurer le bien-être mental de leurs employés.

Pour commencer, il est essentiel de savoir exactement ce que vos employés veulent ou nécessitent pour se sentir mieux, aussi bien mentalement que physiquement. La technologie a fait des progrès considérables, mais pas au point de pouvoir lire les pensées des gens ! Les employeurs ne devraient pas essayer de deviner ce qui rendrait leurs employés plus heureux. C’est pour cela que de nombreuses startups ont mis au point des outils permettant de mesurer régulièrement et anonymement le ressenti de leurs employés.

2daysmood, une startup notée par Early Metrics, développe une solution de suivi et d’aide à la décision pour les services de ressources humaines fondée sur des questionnaires de satisfaction des employés. Grâce à de fréquentes enquêtes de 15 secondes sur l’application ou par e-mail, les employés partagent de manière anonyme leur état d’esprit, qui est ensuite analysé. Bleexo et Levell proposent des solutions similaires afin que les employeurs recueillent les retours des employés pour évaluer leur bien-être de manière anonyme. L’idée derrière ces solutions est simple : une fois que vous savez qu’il y a un problème ou un besoin au sein de votre entreprise, vous pouvez prendre les mesures nécessaires pour y remédier.

Disons donc que vous avez identifié les souhaits de vos employés : quel type de solutions peut vous permettre de les réaliser ?

Vous trouverez ci-dessous des suggestions de startups technologiques qui pourraient vous aider dans cette démarche :

  • Modern Health offre aux entreprises une plateforme pour favoriser le bien-être des employés. Les employés reçoivent des plans de soins personnalisés à partir d’une évaluation de leurs besoins. Les services fournis comprennent notamment le coaching, la thérapie, une application de méditation et des cours numériques.
  • Hero fournit aux employeurs des solutions numériques pour aider les employés à suivre leur bien-être. Associé à des appareils connectés, son outil Navigator peut assurer le suivi du sommeil, des mouvements, de la nutrition et de l’attention. Des formations en personne et des ateliers axés sur le bien-être sont également proposés.
  • 7mind (notée par Early Metrics) fournit une application qui aide les utilisateurs à intégrer la méditation dans leur vie quotidienne. L’application propose une formation personnalisée pour aider à gérer le stress, la peur et l’anxiété.
  • The Pip propose un programme de bien-être en entreprise centré sur un appareil connecté (le Pip), couplé à une application, que les employés tiennent entre leur pouce et leur index. Il détecte si l’employé est concentré et détendu ou stressé et distrait. Cela se fait en mesurant l’activité électrodermale, c’est-à-dire l’activité électrique biologique enregistrée à la surface de la peau, qui indique le degré de transpiration des mains. L’application vous montre votre niveau de stress grâce à des signaux visuels et sonores. Un rapport détaillé est ensuite fourni pour mieux comprendre les niveaux de stress et suivre les progrès.

Le dispositif de Pip aide les employés à mesurer et à visualiser leur niveau de stress grâce à un petit appareil connecté à une application de méditation.

Les levées de fonds réalisées par les startups spécialisées dans la santé mentale ont atteint un record au premier trimestre 2020 avec un total de 576 millions de dollars. En outre, le marché des logiciels de santé comportementale devrait représenter 2,3 milliards de dollars d’ici 2022. En toute logique, nous pouvons donc nous attendre à voir émerger davantage de startups innovantes proposant des solutions pour traiter la santé mentale à la fois à la maison et sur le lieu de travail. Il est difficile de tirer du positif de la pandémie de Covid-19, mais elle pourrait pousser les employeurs à mettre enfin un terme à la stigmatisation qui entoure la santé mentale au travail.

Tous nos articles