Tendances clés de la finance durable

By Katerina Mansour - 15 avril 2021

La finance durable occupe aujourd’hui une place de premier rang dans le secteur fintech. Les efforts déployés en la matière ont donné naissance à :

  • l’investissement ESG
  • l’investissement socialement responsable (ISR)
  • l’investissement à impact social, etc.

Les investissements durables s’élevaient à 13.300 milliards de dollars dans le monde en 2012, contre 30.700 milliards en 2018. De son côté, le marché européen des fonds ESG a atteint une valeur de 882 milliards d’euros au deuxième trimestre 2020, soit 9,3 % du total des actifs européens. En outre, 74% des investisseurs professionnels dans le monde prévoient d’augmenter leurs fonds dédiés aux investissements socialement responsables.

Téléchargez la fiche d’information sur la finance durable en haute résolution :

L’essor de la finance durable

Les millennials jouent un rôle clé dans cette croissance. En effet, les jeunes générations recherchent de plus en plus de durabilité, y compris dans leurs investissements. Des enquêtes ont montré que 95 % des millennials se disent intéressés par les investissements durables. À plus grande échelle, 70 % des personnes pensent que leurs décisions d’investissement peuvent avoir un effet sur le changement climatique.

Les grandes banques traditionnelles font l’objet de vives critiques pour avoir financé des industries polluantes. Des rapports indiquent qu’entre 2015 et 2019, les grandes banques ont financé quarante entreprises de la chaîne mondiale d’approvisionnement en plastique, à hauteur de 1 700 milliards de dollars. Depuis l’Accord de Paris, les grandes banques ont alloué 3 800 milliards de dollars au financement de combustibles fossiles. De plus en plus de consommateurs prennent conscience du rôle du secteur bancaire dans le changement climatique et demandent alors une finance plus durable.

L’investissement durable a enregistré de solides performances ces dernières années. Cela contribue sans doute à sa popularité croissante dans le monde entier. Les investissements ESG génèrent souvent des rendements excédentaires. Des données ont montré qu’en 2020, les investissements ESG ont enregistré de meilleures performances que les investissements traditionnels. Dans une enquête de 2018, 90 % des investisseurs institutionnels ont déclaré qu’ils pensaient que les portefeuilles ESG pouvaient obtenir des résultats aussi bons, voire meilleurs, que les investissements non ESG. En outre, il a été démontré que 55 % des opportunités d’investissement à impact social offrent des rendements attrayants, au taux du marché.

La montée en puissance des néobanques

Le mouvement en faveur de services bancaires et d’investissements plus durables s’est accompagné d’une forte croissance des néobanques. Grâce à leur fonctionnement entièrement en ligne, ces banques ont une empreinte carbone réduite. De plus, elles offrent souvent une panoplie d’options axées sur la durabilité.

La startup TreeCard propose par exemple une carte de débit en bois que les consommateurs peuvent utiliser pour contribuer aux efforts de reforestation. Chaque fois qu’un consommateur dépense 60 dollars, Ecosia, le partenaire de la startup, plante un arbre. La startup Doconomy, quant à elle, offre à ses clients la possibilité de suivre, réduire et compenser l’impact de leurs transactions sur l’environnement.

De son côté, Wealthify se concentre sur l’investissement à impact social. La startup propose à ses clients des plans d’investissement éthiques, qui peuvent être adaptés à leur profil de risque. Yova, une autre plateforme d’investissement, aide à la fois les débutants et les experts à placer des investissements à impact social.

Le succès des néobanques est indéniable : elles comptabilisent une importante base de clients et ont réalisé des levées de fonds impressionnantes. Monzo a levé un total de 125 millions de livres sterling rien que depuis le début de la pandémie de covid-19.

Dans l’ensemble, le marché de la finance durable ne montre aucun signe de ralentissement. Au contraire, la pandémie de covid-19 n’a fait que renforcer sa croissance. En effet, des études indiquent que la pandémie a placé les questions sociales et environnementales au premier plan des préoccupations de nombreuses personnes. Ces questions sont également devenues une priorité pour beaucoup d’investisseurs dans leur prise de décisions.

Traduit de l’anglais par Margaux Cervatius

Sur le même thème

Tous nos articles